En français SVP! : FrancoFolies de Montréal 2015

June 24, 2015

L’air était parfois frais et il a plu à quelques reprises, mais on a quand même eu l’impression que l’été était enfin arrivé lors des FrancoFolies de Montréal. Il y en avait pour tous les goûts lors de cette 27e édition, qui mettait en vedette autant des artistes établis qu’émergents, et où on a pu entendre une multitude de styles musicaux, de la pop légère au rock lourd.

DUMAS-(c)Benoit-Rousseau_Francofolies-840px
Photo : Benoit Rousseau, FrancoFolies

Mon festival a débuté au Metropolis avec le spectacle de Dumas, qui a mis la barre très haute pour la suite. Le chanteur/guitariste a mis le public dans sa poche avec ses nombreux hymnes parfaits pour être scandés en chœur par les spectateurs, notamment Alors alors, Au gré des saisons et Le Bonheur. Celui qui s’est décrit comme le « Bono de Victo » (!) a aussi chanté quelques extraits de son récent album homonyme, dont l’excellente Compte à rebours. Le tout s’est terminé avec deux chansons en rappel dans la salle, parmi la foule, incluant la poignante Les Secrets.

JULIE-BLANCHE-(c)Victor-Diaz-Lamich_Francofolies-840px
Photo : Victor Diaz Lamich, FrancoFolies

Entourée de quatre musiciens, dont son inestimable collaborateur Antoine Corriveau à la guitare, Julie Blanche a offert au public l’intégrale de son premier album, une collection de chansons atmosphériques aux textes touchants, que la chanteuse interprète de façon très sentie.

ANTOINE-CORRIVEAU-(c)-Kevin-Laforest-840px
Photo : Kevin Laforest

Antoine Corriveau a également performé sur une des scènes extérieures du festival en tant que tête d’affiche. Sous son chapeau noir de desperado, armé de sa guitare, de son harmonica et de sa voix grave, il a défendu les pièces de rock lugubre de son album Les ombres longues, dont la brillante Le nouveau vocabulaire, qui est en lice pour le Prix de la chanson SOCAN.

AUT'CHOSE-(c)Benoit-Rousseau_Francofolies-840px
Photo : Benoit Rousseau, FrancoFolies

40 ans après la parution de Prends une chance avec moé, la poésie urbaine de Lucien Francoeur n’a rien perdu de son originalité et les classiques de son groupe Aut’Chose tels que Le Freak de Montréal et Nancy Beaudoin frappent encore l’imaginaire. Échevelée mais divertissante, la performance de la formation s’est conclue avec l’hilarant succès solo de Francoeur, Le Rap à Billy.

DOMLEBO-(c)-Kevin-Laforest-840px
Photo : Kevin Laforest

Domlebo est venu présenter les chansons de son album Bricolages. Nu-pieds comme un hobbit, il a chanté une série de pièces aux messages optimistes d’harmonie et d’engagement, accompagné de ses musiciens et de trois choristes invitées : Chantal Caron, Geneviève Toupin et Kyra Shaughnessy.

A.K.A.-(c)-Kevin-Laforest-840px
Photo : Kevin Laforest

Les membres du groupe Alice se sont assemblés avec Karlof et Annie de Ma blonde est une chanteuse pour former A.K.A., « les Avengers du rock », pour reprendre la formule de Karlof. Ensemble, ils ont interprété des pièces de chacun de leurs répertoires respectifs dans la bonne humeur. C’était particulièrement amusant de voir l’excentrique Annie se démener comme jamais, malgré qu’elle soit enceinte jusqu’aux yeux!

STÉPHANIE-LAPOINTE-(c)Benoit-Rousseau_Francofolies-840px
Photo : Benoit Rousseau, FrancoFolies

Lors de son concert à l’Astral, Stéphanie Lapointe a prouvé à nouveau qu’elle est certainement la plus talentueuse finissante de Star Académie. La jolie fée à la voix cristalline a été tour à tour rejointe sur scène par Stéphane Lafleur, Philémon Cimon, Safia Nolin et Leif Vollebekk, ce qui a donné lieu à une série de charmants duos.

GALAXIE-(c)Benoit-Rousseau_Francofolies-840px
Photo : Benoit Rousseau, FrancoFolies

Le record de décibels pendant ces FrancoFolies? Probablement Galaxie qui, devant un Club Soda archi plein, a envoyé un feu roulant de riffs et de solos incendiaires joués par Olivier Langevin, le meilleur guitariste du Québec. Teinté d’électro sur leurs derniers albums, le rock de la formation était sur scène merveilleusement intemporel; on aurait pu être en 1975 ou en 1995 autant qu’en 2015.

Éric-Lapointe-(c)Victor-Diaz-Lamich-840px
Photo : Victor Diaz Lamich, FrancoFolies

« Les FrancosFolies, c’est là où il y a 22 ans, j’ai entendu une foule chanter mes tounes pour la première fois », a confié Éric Lapointe pendant son intense spectacle au Metropolis lors du dernier soir du festival. Et une fois de plus, la foule a chanté avec le rockeur ses chansons, de son premier succès, Poussé par la vent, à la récente Moman, en passant par Loadé comme un gun, Motel 117 et d’innombrables autres.

En sortant de la salle vers minuit, il faisait encore chaud et les rues étaient remplies de festivaliers et autre fêtards. Décidemment, l’été était arrivé à Montréal. Merci aux FrancoFolies!

–Kevin Laforest

The National Music Centre Mailing List

Subscribe to receive news, updates and special promotions.

Top